HISTOIRE

Dans le monde actuel, l’énergie occupe une grande place. Quelle soit sous forme liquide (pétrole), gazière (gaz naturel), solide (charbon) ou même moléculaire (énergie nucléaire), l’énergie et les ressources naturelles qui permettent sa production ont toujours fait l’objet d’une recherche active et ont toujours eu un impact sérieux sur les relations entre pays. Pour le volet historique, nous avons voulu savoir jusqu'à quel point l’énergie (les politiques énergétiques) a pu influencer la politique étrangère de la Russie dans le passé. Nous avons choisi de ne pas trop remonter dans le temps mais plutôt de s’attarder aux 30 dernières années. Plus précisément, nous avons choisi un moment précis : le premier choc pétrolier, puis nous allons regarder quelles étaient les politiques énergétique de l’URSS jusqu’à son effondrement en 1991 puis nous irons l’année suivante, plus précisément en octobre 1992, comprendre ce qu’il s’est passé lorsque la compagnie Gazprom, la principale compagnie exportatrice de gaz russe, coupa ses livraison à l’Ukraine.

La politique énergétique Soviétique, de 1970 à 1991

Il a été assez difficile d’obtenir une idée de la politique énergétique de l’URSS. Dans ces années là, nous étions en pleine guerre froide, ce genre de renseignement était gardé le plus secret possible.

Les années 1970

Au début des années 1973, bien que le monde ne le sache pas encore, le premier choc pétrolier allait débuter dans quelques mois. Lorsqu’il frappa, ce choc changea complètement la donne politique de l’époque. Le cout du pétrole augmenta de presque 600% (de 3$ le baril à 18$ le baril) en l’espace de quelques mois. Les pays réalisèrent que le pétrole pouvait servir d’arme de persuasion (OPEP) et que l’approvisionnement n’est plus nécessairement garanti. Les pays consommateurs cherchèrent de nouveau marchés pour ne plus dépendre uniquement de l’OPEP pour le pétrole.
Avec le deuxième choc pétrolier, le prix du baril de pétrole continue d’augmenter, atteignant même 40$ le baril, au plus fort de la crise (une augmentation de près de 270% par rapport à avant le début du second choc pétrolier)

L’URSS, en tant que pays exportateur, pu ainsi voir ses revenus augmenter d’autant. Les gisements découvert en Sibérie devenait soudainement attrayant pour le gouvernement soviétique, heureusement pour eux, parce que les anciens puits de pétrole; ceux d’Azerbaïdjan, du bassin du fleuve Volga ainsi que de la république autonome de Tatarstan commençait à s’épuiser. L’argent du pétrole ainsi obtenu, les pétrodollars (dans ce cas ci, on pourrait dire les pétroroubles), seront utilisée par l’URSS, en tant qu’unique grande puissance d’idéologie communiste,  pour « vanter » les bienfaits du communiste à travers le monde par l’entremise des partis communistes.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Accueil
 
Histoire
 
Politique
 
Économie
 
Géographie
 
Entrevue
 
Médiagraphie
 
Cellule d'infiltration DIASH