GÉOGRAPHIE

Cette section offre la perspective géographique, à un certain point géopolitique, sur le sujet : Comment la politique extérieure russe se traduit-elle par le biais du contrôle des ressources énergétiques? Puisque l’exploitation de ces ressources ainsi que leur transport  conséquent pose une question de localisation géostratégique, la question de cette section du travail sera la suivante : La Russie veut présentement établir un véritable monopole énergétique sur l’ensemble de l’Europe, ainsi que sur les anciennes républiques soviétiques. Comment s’exprime donc géographiquement, par rebond d’un point de vue géostratégique, ces conflits de souveraineté énergétique? Où sont situées les principales ressources énergétiques de la Russie et de l’Europe de l’Est? Quels sont les enjeux de souveraineté entourant ces régions contestées? Par où passent les principaux oléoducs et pour quelles raisons? Quels sont les pays les plus susceptibles de devoir considérer le contrôle énergétique russe dans leur développement? Il est important de voir cette perspective géographique puisqu’on prévoit entre autre l’exclusion possible de certains pays « dissidents » des routes des oléoducs et des gazoducs russes. Certaines régions du Caucase sont en train de perdre leur droit de regard sur leurs ressources énergétiques au profit d’intérêts russes; serait-ce un moyen de recréer le grand territoire de l’empire russe des tsars? Le présent texte se divisera donc en trois parties bien distinctes, qui seront en même temps des études de cas des thèmes principaux de cette question: le gazoduc nord-Européen, perspectives en Asie Centrale, conflits en Mer Caspienne

Le Gazoduc Nord-européen

Cette première étude de cas présente les débats entourant la création du NEGP (North European Gas Pipeline) et les conflits qui ont suivi entre le pouvoir russe, l’Union Européenne et les Pays d’Europe de l’est (plus particulièrement l’Ukraine, la Biélorussie et les pays Baltes). La majorité des oléoducs ayant pour but d’approvisionner les pays de l’Europe du nord doivent passer par l’Ukraine, la Biélorussie ou les pays Baltes; c’est là toute la source du problème actuel. Si nous regardons la carte de l’Europe, nous pouvons facilement remarquer que ces pays forment une sorte de « zone tampon » entre la Russie et le reste de l’Europe; par conséquent, tout commerce que Moscou souhaite faire avec l’Union européenne doit absolument passer par cette région, ce qui implique l’imposition de taxes douanières sur le gaz exporté, passant en territoire étranger. Le projet NEGP vise donc à éviter cette région, en passant par la Mer Baltique, au Nord, afin d’atteindre l’Allemagne sans devoir surtaxer le gaz de l’oléoduc.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Accueil
 
Histoire
 
Politique
 
Économie
 
Géographie
 
Entrevue
 
Médiagraphie
 
Cellule d'infiltration DIASH