Politique

Depuis la mise au pouvoir du président actuel de l’Afghanistan, Hamid Karzai, la situation politique de l’Afghanistan est demeurée relativement instable. Dans cette section du travail qui porte sur la politique afghane, il y sera présenté, la situation politique passée de l’Afghanistan, la politique interne et les relations entre l’Afghanistan et le Pakistan en perspective avec les taliban qui traverse les frontières. Tous ces aspects seront analysés de manière à comprendre la situation actuelle du conflit afghan et des impacts que ces décisions politiques ont sur le peuple de l’Afghanistan et du Pakistan.

En premier lieu, il est important de connaître le passé politique de l’Afghanistan afin de comprendre la situation présente de ce pays. Plus précisément, son passé en rapport avec les États-Unis il y a 20 ans et le support que ceux-ci avaient offert aux moudjahidin afin de faire tomber le régime à Kaboul qui, à cette époque, étaient favorables aux soviétiques. Après la chute de ce régime, les États-Unis avaient l’opportunité de mettre fin à plusieurs guerres civiles qui faisaient rage en Afghanistan depuis des décennies. Cependant, les États-Unis donnèrent la responsabilité de la reconstruction de l’Afghanistan à leurs alliées de la région, soit le Pakistan et l’Arabie Saoudite. Plusieurs afghans considèrent cette décision comme une trahison de la part des États-Unis, d’autant plus que, peu après ces événements, Washington refusa d’exercer de la pression internationale pour obtenir un accord de paix entre les factions guerrières de l’Afghanistan. Ce manque de jugement de la part des États-Unis assura une prolongation des guerres civiles et nous pouvons faire une corrélation entre les frustrations passées et présentes causées par ces actions aux événements du 11 septembre 2001.

Le type de relation que les États-Unis entretiennent avec les taliban au cours des années 90 est très varié 1 , entre 1995 et 1997, les États-Unis ont soutenu politiquement les talibans à travers le Pakistan et l’Arabie Saoudite, car ils étaient considérés comme anti-Iraniens. Cependant, après 1997 un mouvement anti-talibans est survenu aux États-Unis, nourris principalement par les féministes dans ces débuts à cause de la condition de la femme en Afghanistan, ce mouvement diminuera davantage le soutien américain chez les afghans et taliban. De plus, la naïveté et le manque d’attention américain à aussi jouer un rôle important dans la création des conflits que nous connaissons de nos jours. Au cours des années 90, le gouvernement américain croyait que les taliban avaient comme but de rétablir l’ordre en Afghanistan afin d’y faire un pays à l’image occidentale, cependant, ceux-ci voulaient seulement diriger le pays et ils y parviendront en 1996.

Après les événements du 11 septembre 2001, les États-Unis, soutenus par l’ONU, renverseront les taliban au pouvoir afin de mettre en place un gouvernement avec Hamid Karzai comme président. Il est important de tracer un parallèle avec c’est négligences passées des États-Unis et les problèmes principaux de l’Afghanistan en 2008 concernant l’influence que les taliban exercent à l’intérieur du pays et au Pakistan.

La politique afghane est présentement, même sous la présidence de Hamid Karzai, relativement faible. Il a été observé par plusieurs reportaire qu’un grand nombre d’afghans considère le président comme le maire de Kaboul et la monté en popularité des taliban laisse beaucoup à réfléchir sur le pouvoir et le respect que celui-ci possède vraiment 2.De plus, l’influence des taliban sur le territoire est encore bien réelle, lors des élections parlementaires du 18 septembre 2005, sept des 5 770 candidats seront tués par les talibans et d’autres violentés. Il est évident que le peuple afghan, même sous un gouvernement démocratique, soit toujours incertain face à la crédibilité de celui-ci quand les taliban peuvent encore exercer de telles pressions sur le peuple et leurs ambitions d’avoir un pays démocratique.

Les répercussions causées par les complications politiques entre les États-Unis et l’Afghanistan ne se limitent pas seulement à ces pays. Les pays voisins de l’Afghanistan ressentent aussi des frustrations au sein de leurs populations face aux États-Unis. Cette réalité est le résultat des mauvaises décisions politiques des États-Unis et de leurs manques de plan d’aide pour l’Afghanistan au cours des années 90, mais aussi des groupes de guerriers tels que les « Combattants de la liberté » (Freedom Fighters) et certains taliban. Ces deux groupes étaient des alliés des États-Unis dans le passé et avaient comme but de repousser l’expansion soviétique en Afghanistan et dans ses régions voisines, cependant, vers la fin des années 90 plusieurs individus de ces groupes expriment un mécontentement face au monde occidental et diffuseront cette colère à travers le monde musulman pendant plusieurs années jusqu'à ce jour. Nous assistons alors à, selon Jocelyn Coulon 3, directeur du Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix,  la « Talibanisation du monde musulman ». Comme le confirme monsieur Coulon, le Pakistan est un de ces pays en voie de changement à cause des frustrations de la population qui est souvent amplifiée et utilisé par les groupes extrémistes, « Aujourd’hui, l’instabilité politique, de solides réseaux d’islamistes radicaux, une abondance de jeunes recrues anti-occidentales en colère, de vastes zones d’entraînement, l’incapacité du pouvoir central à contrôler certaines provinces, l’accès facile à des technologies de pointe et des services de sécurité complaisants et en guerre contre le pouvoir afghan, concourent à faire du Pakistan un pays en voie de "talibanisation". ».

Bref, la situation politique en Afghanistan n’est pas en vois de se stabilisé, avec un peuple qui semble être de plus en plus favorable à la présence des taliban ce qui facilite leurs tâches de recrutements, il serait douteux que ce pays sera sur la bonne voie si nos actions principales sur le territoire afghan sont des démarches militaires. Un plan soutenu par plusieurs spécialistes, dont Agnès Gruda 4, un représentant de l’ONU, serait d’entamer des négociations avec les taliban afin de mettre en place des plans concrets pour améliorer la qualité de vie du peuple afghan. Cependant, contrairement aux interactions entre les États-Unis et les taliban au cours des années 90, les négociations devront être respectueuses envers le peuple afghan afin de vraiment obtenir leurs supports et de réunifier l’Afghanistan.

 

1 RASHID, Ahmed. « Dix ans d'incohérences
américaines ». Far Eastern Economic Review (11 octobre 2001). [En ligne]. http://www.courrierinternational.com/article.asp?prec=0,4490&page=1&obj_id=12492 .
(Page consultée le 20 avril).

2 MALEY, William. « L’impossible sortie du chaos ».
The Friday Times
(16 mai 2007). [En ligne]. http://www.courrierinternational.com/
article.asp?obj_id=73883 .
(Page consultée le 12 mars).

3 COULON, Jocelyn. « La "talibanisation" du Pakistan ».
La Presse (28 décembre 2007). [En ligne]. http://www.cerium.ca/La-talibanisation-du-Pakistan .
(Page consultée le 20 avril).

4 GRUDA, Agnès. « Faut-il négocier avec les talibans ? »
La Presse (18 septembre 2007). [En ligne].  http://www.cerium.ca/Faut-il-negocier-avec-
les-talibans
. (Page consultée le 20 avril).