Géographie

Quelles sont les causes de la désunification du peuple afghan et quelles seraient les solutions possibles pour le réunifier afin de stabiliser la situation de ce pays?

Dans cette partie nous allons nous efforcer de comprendre et d’analyser le problème sous une perspective géographique. Nous passerons donc en revue certains problèmes en lien avec cette matière. Nous commencerons donc par expliquer en quoi la proximité de l’Iran et du Pakistan est devenue problématique dans le conflit qui persiste présentement en Afghanistan. Par après, Nous sortirons un peut en dehors de l’Afghanistan afin de comprendre pourquoi certains membres des talibans et d’Al Quaida ont trouvé refuge au Pakistan pays qui c’était allié militairement à l’OTAN en 2001. De plus, le Pakistan à certains intérêts qu’il se doit de respecter pour assurer sa souveraineté il se sert ainsi des talibans pour arriver à ses fins. Puis nous reviendrons en Afghanistan ou nous continuerons l’analyse mais au niveau de la carte des ethnies qui débordent des frontières tracées. Enfin, nous finirons en étudiant les perspectives économiques du pays qui est actuellement l’un des plus pauvre au monde.

Proximité géographique
de l’Iran et du Pakistan

1 Comme il a été mentionné dans l’introduction de cette partie, l’Iran et le Pakistan sont deux voisins de l’Afghanistan. En 2002, suite aux opérations des forces de l’OTAN dans le pays, le régime des talibans a été détrôné du pouvoir en Afghanistan. Cependant, nous observons maintenant une monté en puissance des différentes factions rebelles qui combattent l’OTAN et qui se battent entre-elles. Ce retour en force n’est pas effectivement uniquement dû au hasard. La proximité de ses deux pays semble y être pour beaucoup.

2 Certains auteurs, ne parle pas de retour des talibans mais plutôt de néo-talibans composés de toute sorte de petites factions rebelles, de talibans et de membres d’Al Quaïda. En fait, les talibans ne représenteraient qu’environ 20% des effectifs de l’insurrection. La majorité des petites factions d’insurgé sont composées surtout de mercenaires en tout genre qui mènent leur petite guerre privée, des anciens chefs de guerre, des chefs de tribut et beaucoup de trafiquants de drogue qui tentent d’enrailler leurs concurrences. De plus, avec la grande quantité de réfugiés afghans qui, quittent le pays à cause des très mauvaises conditions de vie, sont souvent recrutés au Pakistan par les talibans pour aller combattre les forces de l’OTAN en Afghanistan. Vient se joindre à eux de nombreux arabes qui ont répondu à l’appelle au djihad et de pashtounes pakistanais qui veulent aider leurs frères musulmans contre l’envahisseur d’occident.

Mais si en 2004 la situation a empiré et permis aux insurgés de recruter autant de volontaires, c’est à cause de l’échec de la reconstruction afghane. Le pays étant laissé à l’abandon, les perspectives de vouloir s’enrichir se font rare, certains deviennent donc trafiquants, d’autres mercenaires et d’autres deviennent talibans.

De plus, l’Iran soutien militairement les talibans. L’Iran ne voit pas cette action comme un accord mais plutôt comme un outil pour répliquer à l’occident. C’est un acte anti-américain qui fait que le Pakistan n’est pas entièrement responsable de la montée en puissance des talibans dans la région.

image1

Carte de l'Afghanistan


Zone du Pakistan Waziristan sud
et waziristan nord et quetta

3 Cela fait depuis 1990 qu’Islamabad ne soutient plus les talibans. En 2001, le Pakistan s’est allié à l’OTAN pour éliminer les talibans. Ainsi, le pays a ouvert son espace aérien et toutes ses bases militaires pour aider les américains a bombarder allègrement le pays. En 2002, Islamabad a déployé des troupes à la demande des États-unis dans ses zones tribales, afin de surveiller la frontière. On parle ici des provinces du Waziristân Sud et du Waziristân Nord qui sont des endroits qui échappent au contrôle du gouvernement pakistanais. Il voulait par cet action empêcher les talibans d’établir un sanctuaire dans cette région du monde. En 2004 et 2006, il y a eu des attaques faites contre les forces talibanes et d’Al Quaïda. Cependant l’église islamique s’est montrée en faveur du djihad et elle a refusé les obsècles des militaires pakistanais. La population s’est alors rangée du côté des insurgés. En 2004, il y a eu un traité entre le gouvernement pakistanais et le Sud- Waziristân. En 2006, la partie de la province le Nord- Waziristân a signé elle aussi un traité. Les traités comprenaient un pacte de non-agression, le respect des chefs locaux en échange de la remise des armes, des prisonniers et de l’accès au territoire. Évidemment l’occident a considéré ces pactes comme une abdication de la part d’Islamabad. De plus, suite aux signatures, il y a eu une augmentation des infiltrations d’insurgés en provenance du Pakistan depuis la signature des traités en 2004 et 2006.


Intérêt du paskistan et de l’Iran

4 Le Pakistan et l’Iran ont ici des intérêts très clairs dans leurs façons de gérer le conflit. L’Iran doit, comme dit précédemment, nuire aux forces occidentales qui font des pressions sur leur gouvernement a propos de son projet d’armes nucléaires. De plus, cette action anti-américaine prime sur le fait que l’Iran n’est pas un franc supporteur des talibans.

Cependant, autant l’Iran accomplie certaines actions par elle-même, autant le Pakistan doit constamment pesé le poids de ses actions. 5 Au départ le Pakistan devait contrôler ses zones tribales. Cependant, le Pakistan étant incapable de contrôler ces zones, Islamabad s’est retrouvé obligé de signer un traité de paix avec les talibans pour empêcher une guerre civile à l’intérieur du pays. Mais étant désormais obliger de vivre avec les néo-talibans sur son territoire, le gouvernement pakistanais a décidé de les employer à bon escient. Effectivement, le Pakistan trouve avantage à utiliser les néo-talibans pour stopper l’influence de l’Inde sur ses frontières communes dans la région de Quetta. Certains auteurs soupçonnent même cette 6 région de contenir le nouveau quartier général des talibans. Finalement, il semble que les iraniens ne veulent pas des américains dans cette région et que le  Pakistan ne vive que de l’intérêt de contenir l’inde et d’avoir un allier à kaboul.


Disparité ethnique sur la carte

7 Comme démontré sur les quelques cartes, les ethnies débordent des frontières des pays qui se retrouve dans cette région. Bien que les frontières politiques soit celles qui en principe priment sur l’action des populations comme c’est le cas avec l’Iran qui, bien qu’une partie de la population  afghane soit liée par la culture et la religion à celle-ci, agit avec prudence et contrôle. 8 Ce qui n’est pas nécessairement le cas du Pakistan. Une partie de sa population étant pashtoune et très proche de ses cousins afghans, leur vient en aide en ne tenant pas compte des frontières politiques déjà établit. C’est une des raisons pour laquelle les talibans ont pu naturellement se regrouper au Pakistan et se jouer ainsi des forces occidentales qui ne peuvent pas intervenir au Pakistan. Cependant, nous ne faisons ici qu’un bref survole puisqu’il y a toute une partie du site adressé spécialement à ce sujet aussi important que délicat.

image2

Carte de la région où l'on retourve les Tadjiks.


image3

Carte de la région où l'on retrouve les Pashtouns.


Rudesse du climat et difficulté pour
cultiver et économie peu florissante,
manque d’investissement.

9 L’économie de l’Afghanistan est très peu diversifiée. Elle est surtout constituée d’agriculture et d’élevage en tout genre. On retrouve très peu d’exploitation du sol car ce dernier est très pauvre. Mars et avril constituent la période avec le plus de précipitations durant l’année où l’on ne reçoit que quelque 193mm de pluie cumulé pour cette période. 10 Vous comprendrez donc que le sol est très pauvre en eau et que les rivières s’assèchent très rapidement. De plus, le relief étant très montagneux et accidenté, la culture de grands champs ne se fait que dans quelques rares régions privilégiées. C’est donc pour ces diverses raisons que l’Afghanistan n’a pas une grande perspective économique si elle continue de se baser sur ses exportations qui sont pour l’instant principalement constitués d’opium. Cependant, 11 la position stratégique du pays a toujours attiré les envahisseurs de toutes les époques. Ce qui fait que la force géoéconomique du pays ne réside pas dans le sol ou la capacité de production du pays, mais bien parce qu’il est un incontournable mondiale dans divers commerce comme celui du pétrole tout comme il l’a déjà été pour la soie et les épices.

image4

Carte topographique de l'Afghanistan


En conclusion

En conclusion, si le Pakistan contrôlerait son territoire, comme un gouvernement digne de se nom et possédant l’arme nucléaire, comme il se doit et si les américains ne se seraient pas mit à dos le gouvernement iranien, probablement que le retour des insurgés dans le sud de l’Afghanistan n’aurait pas été aussi puissant qu’il est aujourd’hui. De plus, sans possibilité de replie et n’aillant plus de fourniture d’armes, les insurgé talibans auraient sûrement accepté de parlementer avec le gouvernement Karzaï en place. Ensuite, l’argent étant le principale intérêt des populations qui en manque énormément, les afghans font souvent leurs choix en fonction de ce qui les fera mieux vivre. Si la communauté internationale augmente les investissements dans le pays et les possibilités diversifiés, le peuple afghan sera sûrement plus enclin à régler leurs différents entre eux.


1 CHALIAND, Gérard. Atlas du nouvel ordre mondial. Paris : Éditions Robert Lafond, 2003. 129p.

2 Sous la direction de BADIE Bertrand et Sandrine TOLOTTI. L'état du monde 2008 : annuaire économique &
géopolitique mondial
. Paris : La Découverte, 2007. 430p.

3 Afghanistan : Intervention de l'ONU. [En ligne]. http://www.parl.gc.ca/information/library/PRBpubs/
prb0726-f.htm
. (Page consulté le 8 mars 2008).

4 DUBY, Georges. Atlas historique mondial. Paris : Larousse, 2006. 349p.

5 Sous la direction de CHALIAND, Gérard et Arnaud BLIN. Histoire du TERRORISME : De l’Antiquité à Al Qaida. Paris : Édition Bayard, 2004. 667p.

6 Sous la direction de BADIE Bertrand et Sandrine TOLOTTI. L'état du monde 2008 : annuaire économique &
géopolitique mondial
. Paris : La Découverte, 2007. 430p.

7 Afghanistan. [En ligne]. http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/afghanistan.htm.
(Page consulté le 7 mars 2008).

8 Pakistan. [En ligne]. http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/pakistan.htm.
(Page consultée le 9 mars 2008).

9 STUDENTS OF THE WORLD.  Afghanistan. [En ligne]. http://www.studentsoftheworld.info/pagegeo_fr.php3?
Pays=AFG
. ( Page consultée le 10 mars 2008).

10 Géographie de l'Afghanistan. [En ligne]. http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9ographie_de_
l'Afghanistan
. (Page consultée le 8 mars 2008).

11 Afghanistan. [En ligne]. http://fr.wikipedia.org/wiki/Afghanistan.
(Page consultée le 8 mars 2008).