L'Exploitation humaine

Dans un premier temps, nous allons définir ce qu’est l’exploitation humaine. L’exploitation humaine, c’est un homme qui se sert d’un autre homme en n’ayant en vue que le profit, peu importe les moyens utilisés pour y arriver, c’est-à-dire au détriment de l’individu duquel il se sert.1 L’exploitation humaine, c'est un homme qui est forcé de travailler contre son gré sous la menace de violence physique et/ou psychologique. Cet homme est également sous la propriété d’un autre homme que l’on pourrait définir comme son « employeur » et est pris au piège dans une relation d’interdépendance avec celui-ci. Il n’a donc aucune liberté d’agir ou d’expression. Il est traité comme de la camelote et est acheté, vendu ou payé comme tel. Il est sous la gouverne de « son employeur » et doit lui obéir au doigt et à l’œil s’il veut avoir de quoi survivre.2 Chaque année, environ des millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont victimes de cette  « marchandisation » des êtres humains. Dans les principales causes de cette exploitation, on retrouve, entre autres,  le fait que les sociétés occidentales soient basées sur une consommation croissante et que la demande, que ce soit pour des produits ou pour des faveurs sexuelles va en augmentant. La pauvreté et l’ignorance entrent également beaucoup en jeu, car les individus ignares et indigents ne connaissent pas leurs droits et sont prêts à tout endurer pour gagner quelque sous. Les femmes et les enfants sont les premières victimes de l’exploitation humaine. Les femmes apparaissent dans 77 % des dossiers d’exploitation, les enfants dans 33 % et les hommes dans 9 %, selon les données de l’ONUDC.3

Dans le monde, le Bureau International du Travail (BIT) estime que 250 millions d’enfants de moins de 5 à 14 ans sont forcés de travailler dans le monde. Ce 250 millions équivaut à environ un enfant sur quatre sur la planète, ce qui est énorme. De plus, seulement 9 % de tous ces enfants ont un travail rémunéré, et, c'est pourquoi on peut qualifier ces formes de travail d'exploitation des enfants. Les enfants qui sont le plus vulnérables face à l’exploitation sont ceux qui vivent dans des pays sous-développés et qui ne sont pas instruits. Ces enfants ne connaissent donc pas quels sont leurs droits, sont coupés du monde extérieur, ne connaissent rien d’autre que ce qu’ils ont vécu et ont une vie misérable. De plus, leurs parents, sont, dans la plupart des cas des hommes et des femmes qui eux aussi ont été exploités, ce qui rend ce phénomène « normal » à leurs yeux. En fait, étant coupé du monde extérieur, ils ne sont même pas au courant qu’on abuse d’eux. L’enculturation pourrait expliquer ce phénomène. En effet, l’enculturation est le terme qui désigne le moyen par lequel l’individu assimile les traditions de son groupe. Les enfants, qui n’ont pas la chance de connaître un mode de vie autre, grandissent en croyant que ces choses font partie intégrante de la vie, en plus du fait que ces traditions se perpétuent de génération en génération, restant toujours présents dans les mœurs. D’autres enfants facilement exploitables seraient les orphelins qui n’ont aucun domicile et qui n’ont donc aucune autre alternative ou les enfants qui ont été vendus par leurs parents. Les parents qui vendent leurs enfants le font pour avoir de l’argent, mais aussi, dans certains cas, parce qu’ils croient que leurs petits jouiront d’une vie meilleure. Ils n’envisageaient pas la possibilité que leurs enfants deviennent prostitués, travailleurs forcés ou esclaves, puisqu’ils se font dire, par des hommes que l’on appelle « rabatteurs », que leur enfant sera engagé comme domestique chez des gens qui s’occuperont de l’envoyer à l’école.

Les enfants peuvent se faire exploiter de diverses façons; soit en accomplissant des tâches domestiques et de subsistance effectuées au sein de la famille, en travaillant dans les champs et les plantations agricoles, en travaillant dans les ateliers artisanaux, en occupant des emplois industriels, en devenant enfants domestiques, enfants soldats, esclaves. D’autres sont victimes de trafics et de réseaux d’exploitation sexuelle.

La majorité des gens sont au courant de l’existence des travails forcés, du tourisme sexuel, de l’esclave et du trafic des enfants, mais peu sont bien informés sur le sujet, alors nous définirons ces thèmes  pour pouvoir les analyser plus en profondeur et pour donné une meilleure idée au lecteur des faces cachés de ces formes d’exploitation.

En un premier temps, avant d’être exploités, soit par le travail forcé, le tourisme sexuel ou l’esclavagisme, ces enfants ont souvent été vendus ou trafiqués illégalement par des hommes voulant en tirer profit.

1 Notes de cours prises dans le cours « diversité et équité », Denyse Bilodeau, cours 381-443-EM, Collège Édouard-Montpetit, Longueuil, Hiver 2007.

2 BÉNÉDICTE, Marie. « Le travail et l’exploitation d’enfants dans le tourisme », Tourisme durable, 28 janvier 2004, [En ligne], http://www.tourisme-durable.net/article.php3?id_article=87 (page consultée le 23 mars 2007).

3 [ANONYME],  L’esclavage contemporain des enfants  [En ligne],

 http://www.haiticulture.ch/Esclavage_enfants.html (page consultée le 21 mars 2007).

 

 

 

 

 

 

Exploitation des enfants