Visitez le site web de l'Unicef

Visitez le site de l'IBCR

Visitez le site d'Amnesty International

 

Psychologie

Il est évident de constater que les évènements de la guerre sont épouvantables pour les enfants, surtout ceux qui y participent. Lorsqu’on a des connaissances en psychologie, on comprend que tous les évènements vécus durant l’enfance ont des répercussions sur l’âge adulte. C’est pourquoi il est important de comprendre les conséquences psychologiques que la guerre apporte aux enfants, non seulement durant cette période mais dans le développement de l’enfant jusqu’à l’âge adulte. Évidemment, l’utilisation d’enfants dans les conflits armés a de graves conséquences sur le développement de ces enfants. À la fin des hostilités, une proportion des enfants qui ont été enlevés réintègrent leur communauté d’origine et se retrouvent dans des camps. Dépendamment du temps que les conflits persistent, certains ont atteint l’âge adulte. La plupart des filles se retrouvent avec des enfants ou sont atteintes du sida et les garçons n’ont rien appris d’autre que d’être soldats et ne sont donc pas préparés a vivre normalement en société et ne savent pratiquer aucun métier. De plus, ils doivent vire avec de nombreux traumatismes et des sentiments de honte et de culpabilité. Heureusement, il y a de nombreux organismes humanitaires qui travaillent fort pour venir en aide à ces enfants mais leur réintégration et réadaptation sont tout de même extrêmement difficiles pour plusieurs raisons. Rappelons que la plupart d’entre eux sont orphelins, abandonnés, sans aucun moyen de subsistance et ont vu confisquée leur terre natale. Les séquelles psychologiques des enfants soldats sont présentes à vie, il est impossible qu’ils oublient ce qui leur est arrivé.

La psychanalyse s’intéresse aux conséquences des traumatismes dus à la guerre sur les enfants et permet de mieux comprendre la réalité de ces enfants. En effet, une rupture se produit dans leur développement, particulièrement durant le passage de l’enfance à l’adolescence. Cette rupture est due à toute la violence, la terreur et les drogues qu’on oblige les enfants à consommer. Bref, on parle d’une rupture du processus de maturation psychique. Par contre, l’étape de la puberté n’échappe à aucun enfant. C’est à cette étape que les jeunes s’identifient à des modèles d’adultes souvent autres que leurs parents. Dans le cas des enfants soldats, ils n’ont pas d’autres choix que de s’identifier à leurs chefs qui sont en fait des adultes manipulateurs. Ils ne développent aucune autonomie et ne peuvent en aucun cas apprendre à s’affirmer, ce qui devrait se faire chez tout adolescent éduqué dans un contexte normal. En psychanalyse, le phénomène de pulsion est très étudié et c’est à l’adolescence qu’on apprend habituellement à contrôler certaines pulsions pour pouvoir vivre en société. Mais en situation de guerre, non seulement on n’apprend pas aux jeunes soldats à contrôler leurs pulsions, mais au contraire, on les encourage à commettre les pires atrocités. Les enfants soldats sont donc confrontés à deux grands traumatismes, c’est-à-dire, la puberté et la guerre, qui ont bien sur, de nombreux impacts sur leur évolution psychique, étant donné que, combinés ensembles, ils ne font pas bon ménage.    

À cause du traumatisme de la guerre et de cette interruption du cours normal des choses, les ex-combattants se trouvent difficilement une place dans la société une fois la guerre terminée. Plusieurs deviennent mercenaires, d’autres se réfugient dans la religion, d’autres encore vivent en marginaux. Lorsqu’ils ne sont pas avec leurs pairs, ils se sentent étrangers, coupables, non compris. La plupart d’entre eux n’arriveront jamais à avoir une vie normale et à fonder une famille. Bref, tous ces traumatismes les empêchent de vivre normalement et font d’eux des exclus de la société. Ils s’identifient aux actes qu’ils ont commis car ils n’ont pas pu, au cours de vie forger leur propre identité tel qu’il a été mentionné plus haut.